5 exemples de situations pro où l’empathie est importante.

pourquoi l'empathie est importante

L’empathie est votre capacité à comprendre les sentiments des autres et à les prendre en compte dans votre propre perspective. Nous la manifestons plus dans notre cercle familial proche qu’avec des inconnus… Pourquoi est-ce important de développer l’empathie?

L’empathie en milieu professionnel est importante car elle vous permet de construire des relations de confiance avec les différentes parties prenantes de votre organisation. Cultiver cette compétence en dehors de notre contexte habituel permet d’apporter de meilleurs solutions aux challenges quotidiens de l’entreprise.

Il faut savoir qu’il existe 3 niveaux d’empathie:

  • L’empathie cognitive : être conscient rationellement de la perspective émotionnelle de l’autre
  • L’empathie émotionnelle: S’engager et partager les émotions que ressent l’autre
  • L’empathie compassionnelle: Comprendre les challenges et être prêt à agir pour aider autrui

En priorisant les intérêts de vos clients, de vos employés, de vos fournisseurs et autres acteurs de la vie de votre entreprise vous installez des conditions pour que le succès s’installe durablement.

En effet, dans un monde de plus en plus concurrentiels, les « soft skills » tels l’empathie permettent de faire la différence. Et dans cet article, je vous présente 5 exemples de situations professionnelles concrètes où votre empathie peut être un atout.

Prêt?

1. L’empathie en réunion d’équipes & d’affaires

Avez-vous déja eu l’impression que les réunions étaient une perte de temps…

Qu’on jette la première pierre à celui qui n’avoue n’avoir jamais voulu parfois les éviter ou les raccourcir.

Ce que l’on oublie c’est que les réunions d’équipes sont également censé être les berceaux de la collaboration et de la créativité de l’entreprise.

Lire aussi : 6 clés pour une présentation powerpoint originale

Pour avoir de meilleurs résultats durant ces réunions, il est indiqué de venir préparé, d’inviter les bonnes personnes et d’avoir un objectif clair.

Un autre facteur fondamental du succés de vos réunions et d’adopter une démarche empathique compassionnelle. Autrement dit, accorder votre attention et être prêt à agir pour aider autrui.

L’empathie vous permettra de sortir de votre perspective pour mieux comprendre les parties prenantes de vos réunions. Qui est en colère contre qui? Pourquoi? Quels sont les résistances à l’atteinte de vos objectifs personnels et de groupe.

Empathie réunion

Vous pourrez ainsi apporter de la valeur ajoutée à ce qui est discuté et prendre de meilleures décisions.

Dans cette situation, votre lecture de la réunion et des comportements de chacun envers les autres vous permet également de comprendre les jeux de pouvoir qui peuvent exister afin de maximiser vos actions dans chaque contexte.

Aussi, le contenu des réunions doit être accepté dans un consensus plus que imposé par les parties prenantes.

Le meilleur moyen d’arriver à ce que tout le monde soit sur la même longueur d’onde et en particulier s’il s’agit de réunions récurrentes, c’est de prendre le temps de recueillir un feedback de réunion avec les suggestions de chacun pour amélioration.

2. Négociation et empathie cognitive

Il est impossible de réussir une négociation si l’on est incapable de se mettre à la place de l’autre pour comprendre où il se situe d’un point de vue émotionnel.

L’empathie vous permet de construire avec la personne avec laquelle vous négociez une relation professionnelle solide et propice à la confiance. En adoptant, une démarche empathique, vous vous intéressez à vos propre objectifs mais également à ceux de votre interlocuteur.

Votre communication est ainsi plus qualitative et vous évitez de commettre des faux pas qui risquent d’offusquer la personne avec qui vous négociez. En pratiquant les techniques d’écoute active, vous serez capable de démontrer votre empathie et de poser les fondations d’une négociation réussie.

Etre consciemment plus empathique durant votre négociation vous permet par ailleurs d’identifier les éléments de communication non verbale telle le ton, la posture et la manière dont votre interlocuteur apporte son message.

Attention néanmoins à ne pas utiliser cette empathie cognitive pour manipuler votre interlocuteur et le mener vers une négociation win-lose.

En effet, selon Daniel Goleman, auteur de intelligence émotionnelle, lorsque l’on est empathique, nous sommes généralement plus dangereux car on sait taper là où ça fait mal.

Il est toujours préférable que les parties prenantes d’une négociation puissent toutes être gagnantes afin d’éviter un contrecoup à plus long terme.

3. Travailler en équipe, une collaboration empathique

Etre empathique lorsque l’on collabore avec les autres, c’est vouloir aider et travailler avec autrui sans forcément avoir des affinités.

Les 3 types d’empathies cognitive, émotionelle et compassionnelle sont nécessaires pour créer un environnement de collaboration sain. En effet, une équipe qui dysfonctionne est souvent une équipe où l’empathie est inexistante.

Pour travailler en équipe de manière efficace, il est essentiel de prendre la peine de se mettre à la place des autres afin de comprendre les perspectives et les challenges de chacun.

Il faut encourager la communication et les échanges réguliers entre les parties prenantes pour qu’elle puissent se comprendre et découvrir comment créer des synergies.

Pour renforcer l’empathie dans une équipe, je suggère de démarrer par une réunion où chacun partage ses objectifs et ses idées personnels pour créer une vision commune sur la réalisation du projet.

Il faut également apprendre à partager les responsabilités et éviter de blamer une personne en cas de problème ou au contraire, féliciter une seule personne en cas de succès.

Attention : L’empathie peut être une compétence à double tranchant.

Veiller à être empathique envers soi même est fondamental lorsque vous êtes une personnalité introvertie qui a tendance a éviter les conflits. En effet, il ne s’agit pas de prendre en compte les perspectives des autres et de s’oublier soi-même.

Cela peut être très malsain.

Vous ne pourrez vous mettre à la place des autres et comprendre leurs émotions que si vous saisissez les vôtre et apprenez à les exprimer. Il ne s’agit pas de vous sacrifier pour les autres mais réellement de travailler ensemble.

4. Communiquer avec empathie au quotidien

Vous as-t-on déja dit que vous savez utiliser les bons mots? Ou encore que vous avez des facilités à créer des liens avec les autres?

Si c’est le cas, c’est probablement que vous montrez naturellement de l’empathie dans votre communication.

Que vous soyez un commercial, un entrepreneur, un freelancer, un parent ou un partenaire, vous utilisez forcément l’empathie lorsque vous communiquez sans le savoir.

Que nous le voulions ou non, nous sommes toujours influencé selon un degré plus ou moins élevé par les autres et souvent sans réellement le savoir.

Une communication empathique va plus loins que l’échange de mots.

La manière dont on s’habille prend en compte notre culture, notre environnement et les autres… Mettre un tailleur ou un costume, c’est déja une manière de communiquer son empathie (je vous respecte avec une tenue professionnelle).

L’idée est de prendre conscience de ses actions de communication que nous menons afin de les optimiser avec les objectifs que l’on se fixe.

L’empathie permet de sortir de vos influences internes pour prendre en compte l’autre dans la manière avec laquelle vous communiquez.

Dans l’exemple d’une communication réussie en rendez-vous client, vous n’allez pas forcément utiliser n’importe quels mots pour transmettre votre message. Vous préparez un script qui est la combinaison spécifique et contextuelle de mots et des phrases qui ont le plus de pertinence et de cohérence avec le contexte de votre cible.

Communiquer avec empathie c’est transformer le message brut que vous avez en tête en ce qui a le plus de sens pour votre interlocuteur. (par exemple ne pas trop rentrer dans le technique lorsque cela n’est pas nécessaire)

5. Enseigner ou former une personne

Enseigner avec empathie ne consiste pas juste à adapter son discours à l’auditoire mais de tenir compte de l’endroit, du moment, de la manière et de la raison pour laquelle vous transmettez ce savoir.

« Quel est le meilleur moyen pour moi de dire ce que je veux dire pour que cela soit compris? »

Il faut se poser ces différentes questions avant de préparer un programme de formation. Avoir une pédagogie passe indubitablement par la prise en compte de la perspective de l’élève avant de démarrer sa formation.

Quel est son niveau réel? Que sait-t-il déja? Qu’est ce qu’il ne sait pas?

Il ne s’agit pas juste d’étaler votre savoir de manière générique mais réellement de comprendre les difficultés et de préparer la formation adéquate et personnalisée.

Pour former une personne de manière efficace, il faut garder à l’esprit que nous ne retenons pas forcément tout ce que l’on nous dit.

Est-ce une raison pour ne pas accorder de l’attention au détails? Bien au contraire.

Le choix des mots, de la structure, du storytelling est aussi importante que la communication non verbale lorsque l’on enseigne quelque chose. Vous devez être perçu comme un expert de ce à quoi vous être entrain de former. Autrement, le subconscient de votre interlocuteur n’accordera pas beaucoup de valeur à ce que vous racontez.

Si vous le souhaitez vous pouvez tester votre degré d’empathie en répondant aux questions de ce slideshare.

Et-vous? Avez-vous des situations professionnelles durant lesquelles votre empathie est importante? Si oui, lesquelles? et comment la pratiquez vous?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici