Vous souhaitez apprendre à lire plus vite ? Dans ce cas, il y a une bonne nouvelle et une autre, disons… moins bonne.

Donc, la bonne nouvelle c’est qu’il est tout à fait possible d’apprendre à lire rapidement. La moins bonne c’est qu’en fait, elle ne s’acquiert pas du jour au lendemain.

Il faut un minimum d’entrainement. Mais ça, vous vous en doutiez certainement. En fait, maitriser la lecture rapide a de nombreux avantages.

Selon les chercheurs, cette capacité améliore non seulement une partie, mais l’ensemble de notre cerveau. La mémoire, la capacité de concentration, la logique et ainsi de suite…

Et bien évidemment, être capable de lire rapidement vous fera gagner énormément de temps.

Vous verrez que ça vous sera d’une aide précieuse à de nombreuses occasions : période de révision, boulot, voire durant le « binge-reading ».

Du coup, voici quelques techniques qui vous permettront de lire plus vite.

Technique N° 1 : Lire régulièrement pour lire plus vite

Vous vous demandez peut-être pourquoi lire régulièrement nous permet de lire rapidement ? En fait, tout se fait dans notre cerveau. Pour exceller dans un domaine ou un autre, la clé est de répéter encore et encore.

La répétition s’applique à de nombreuses disciplines

Ce n’est certainement pas la première fois que vous avez entendu cette phrase.

Et les personnes du genre « sportifs de haut niveau » la confirmeront.

Pour atteindre un niveau de performance élevé, il faut s’entrainer et répéter certains gestes quotidiennement.

Vous me demanderez bien ce que cela a à voir avec la lecture et plus précisément avec la lecture rapide ?

Eh bien, cette règle (la répétition) s’applique à n’importe quelle activité qu’elle soit physique, intellectuelle ou même les 2 à la fois. Les musiciens, les comédiens, les boxeurs, les joueurs d’échecs… Pour exceller, il n’y a donc pas de secret.

Tout le monde doit passer par cet entrainement et éviter la procrastination de cette pratique.

Les connexions neuronales

Ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas entrer dans une explication barbante. Promis !

En fait, selon Lorie-Marlène Brault Foisy, spécialiste en neuroéducation, le cerveau est constitué de nombreuses connexions neuronales.

En effectuant de nouvelles activités, de nouvelles connexions se forment.

Ces connexions peuvent se renforcer ou s’affaiblir, voire disparaitre en fonction de la pratique. Tout au long de notre existence, le cerveau peut ainsi créer de nouvelles connexions neuronales.

C’est ce qu’on appelle la plasticité du cerveau.

Du coup, si vous voulez savoir lire et surtout savoir lire plus vite, eh bien vous savez ce que vous avez à faire : lisez, lisez et lisez encore dès que vous avez un peu de temps libre.

Les connexions neuronales liées à cette activité vont alors se renforcer.

Planifier chaque semaine vos sessions de lecture et vous verrez que vous allez vous améliorer au fur et à mesure.

Technique N° 2 : Éliminer la subvocalisation

Vous savez, cette petite voix que vous avez dans la tête lorsque vous lisez, comme en ce moment ? Eh bien, c’est ce qu’on appelle la subvocalisation (à différencier des symptômes de la schizo s’il vous plait !).

Ce qu’il faut savoir sur la subvocalisation

En fait, vous ne le réalisez peut-être pas, mais ce phénomène de subvocalisation ralentit énormément votre vitesse de lecture.

C’est du moins ce qu’avance l’éditeur François Richaudeau dans son ouvrage « Méthode de lecture rapide ».

En fait, la seule différence entre la parole et la subvocalisation est que cette dernière se fait dans notre tête.

Or, en parlant, le débit normal est de 200 mots par minute.

Pour qu’on soit compréhensible, il ne faut pas dépasser les 210 mots par minute.

Ainsi, en effectuant la subvocalisation, nous limitons notre lecture à cette vitesse de 200 mots par minute puisque celle-ci « mimique » la parole.

Comment l’éliminer ?

Ainsi, pour faire accroitre cette vitesse de lecture, il faudra éliminer cette petite voix dans la tête lors de la lecture. Mais comment ?

Pour ce faire, vous pouvez suivre par exemple, quelques astuces comme compter à haute voix ou silencieusement lorsque vous lisez. Vous pouvez également faire un « Om » de bouddhiste, d’hindouiste ou un truc du genre.

Puis, il y a encore une autre astuce que j’utilise lorsque je ne veux pas entendre la voix énervante dans ma tête quand je lis : écouter de la musique en utilisant un casque audio.

Placez les écouteurs dans vos oreilles, mettez le volume au niveau moyen et pouf…

Dites adieu à la subvocalisation. C’est une méthode qui me réussit bien. Non seulement j’arrive à lire plus rapidement, mais j’arrive également à mieux me concentrer.

Mais je ne garantis pas que ça marchera aussi avec vous. Enfin… j’imagine que c’est surtout une question d’habitude.

Technique N° 3 : Entrainez vos yeux et votre cerveau à lire par bloc de mots

Entrainer ses yeux pour lire plus vite ? Mais qu’est-ce que c’est encore ? Bah, c’est soulever des haltères avec ses yeux. Mais non, je plaisante voyons…

La vision périphérique et la vision centrale

En fait, notre œil est constitué de la vision centrale ou focale ainsi que de la vision périphérique.

La vision focale est celle qu’on utilise lorsqu’on fixe un objet. Dans ce cas précis, c’est la rétine centrale qui est sollicitée.

La vision périphérique nous permet quant à elle de voir globalement ce qu’il y a autour.

Ce sont les bâtonnets se trouvant autour de la rétine centrale qui travaillent le plus pour ce type de vision.

Il faut noter que la vision centrale est bien plus précise que la vision périphérique. Mais bien évidemment, les deux sont complémentaires.

Maintenant, quel est lien le lien de ces 2 types de visions avec la lecture rapide ?

En fait, les recherches ont démontré qu’en général, les lecteurs débutants utilisent essentiellement la vision centrale lors de la lecture.

Il est donc obligé de lire mot par mot. Bien évidemment, cela ralentit énormément la vitesse de lecture.

Les lecteurs de niveau avancé quant à eux utilisent aussi bien la vision centrale que la vision périphérique. Cela leur permet de survoler les mots et de les lire par bloc.

Il faut d’ailleurs souligner une chose.

Le cerveau est capable de reconnaitre les mots sans forcément le voir clairement et de combler les vides dans une phrase en se basant sur le contexte.

Comment entrainer vos yeux et votre cerveau ?

Pour entrainer et vos yeux et votre cerveau à lire plus rapidement, la méthode la plus répandue est de lire les mots au moins par bloc de trois.

À titre d’exemple, on va prendre cette phrase :

« Aujourd’hui, nous nous sommes baladés dans le parc et nous avons passé du temps à la bibliothèque ».

Ainsi, au lieu de lire mot par mot du genre « Aujourd’hui »« nous » + « nous », etc.

Focalisez plutôt vous yeux sur le deuxième « nous », puis sur « dans », suivit de « et » et ainsi de suite.

« Aujourd’hui, nous nous sommes baladés dans le parc et nous avons passé du temps à la bibliothèque ».

En simple, sautez des mots !

Pendant que vous vous focalisez sur ces mots, votre vision périphérique va se charger des mots se situant aux alentours.

Et votre cerveau comblera le tout en s’appuyant sur le contexte.

Pour être la plus efficace possible durant votre entrainement, il est généralement conseillé d’utiliser une règle ou un crayon pour avoir des repères.

Placez la règle en dessous de chaque phrase que vous lisez ou bien soulignez celle-ci avec votre crayon.

Ces accessoires vous permettront par la même occasion de mieux vous focaliser.

Technique N° 4 : Scannez le texte avant de le lire

Scanner un texte ? Comment faire ça ? Avec un scanner ?! Euh… C’est promis, j’arrête les blagues pourries.

En fait, il s’agit de cerner l’idée générale du texte avant de le lire. Pour cela, vous pouvez combiner plusieurs éléments.

D’abord, vous pouvez tout simplement lire le résumé ainsi que les grands titres et les sous-titres de l’ouvrage.

Ensuite, vous pouvez également, concentrer votre attention sur les paragraphes comportant des mots soulignés, en gras, en d’autres couleurs ou encore placés entre guillemets.

Ou encore, vous pouvez lire la première et la dernière phrase de chaque paragraphe.

Et enfin, vous pouvez également vous attarder sur les listes et les numérotations.

Avoir une vue d’ensemble d’un texte vous permettra de cerner le contexte et de savoir à quoi vous attendre.

Vous verrez que cela améliorera nettement non seulement la rapidité de lecture, mais également votre capacité à comprendre le texte.

De plus, ce procédé vous permettra d’éliminer les parties du texte que vous considérez comme n’étant pas intéressantes et pertinentes ou encore les parties que vous maitrisez déjà.

Technique N° 5 : Participez à des concours de lecture à haute voix !

Un concours de lecture à haute voix, ça existe ça ? Bah oui ! Ça se fait ! Le principe est tout ce qu’il y a de plus simple : le participant lit un livre (généralement un livre présélectionné) devant un ou plusieurs jurys.

Les critères tenus en compte sont généralement l’articulation, le débit, le volume ou encore l’intonation. C’est ce qu’on appelle la lecture expressive.

Vous voulez des exemples ? Vous pouvez jeter un petit coup d’œil du côté du concours de lecture à voix haute organisé par audiolib. Il est accessible à tout le monde.

Il y a  également le concours  de lecture organisé par France Télévisions et « La Grande Librairie ». Par contre, cette dernière s’adresse uniquement aux élèves entre la classe de Sixième et la classe de Terminale.

Si vous répondez aux critères et si ça vous intéresse, alors n’hésitez plus et foncez !

Bien sûr, entre la lecture à haute voix (et surtout la lecture expressive) et la lecture silencieuse, il y a tout un monde ! Mais tout d’abord, le dénominateur commun c’est cette fameuse lecture.

Et surtout, le plus important, c’est le concours, la compétition ! Pour pouvoir atteindre un objectif précis, il faut de la motivation.

Et en l’occurrence, pour améliorer sa vitesse de lecture, il faut être bien motivé. D’une manière ou d’une autre, ces concours de lecture pourront donc vous aider à améliorer cette capacité.

Technique N° 6 : Bien maitriser la langue dans laquelle l’ouvrage est écrit

La lecture rapide est en partie influencée par la maitrise de la langue dans laquelle le texte est écrit.

C’est du moins, ce que j’ai pu déduire de mon expérience personnelle. En fait, avant je constatais que je lisais plus lentement lorsque le texte est en anglais. Par contre, pour le français, je n’avais pas ce genre de difficulté.

Sans être archinul dans la langue de Shakespeare, je dirais que mon niveau à l’époque était un peu en dessous de la moyenne. Or, mon niveau en français est un peu plus élevé.

Du coup, pour résoudre cette difficulté, j’ai d’abord commencé à améliorer mon niveau en anglais ? Vous vous demandez peut-être comment ? Tout d’abord, en suivant des cours d’anglais, mais pas que…

J’ai également pratiqué avec les personnes de mon entourage qui savent parler en anglais. Je mets régulièrement les films américains en version originale (et c’est plus immersif, vous verrez).

Je choisis régulièrement la langue anglaise lorsque je joue à des jeux vidéo. J’interagis avec des étrangers sur les réseaux sociaux (dans des groupes dédiés aux supporters de clubs anglais de football, des groupes de cinéphiles…).

Et bien évidemment, je lis des livres en anglais. Au final, ça m’a permis de me familiariser avec la langue anglaise.

Du coup, ma vitesse de lecture des textes en anglais s’est nettement améliorée.

Technique N° 7 : Chronométrez votre vitesse de lecture

Vous voulez savoir à quelle vitesse vous lisez un texte. Dans ce cas, mesurez le temps que vous passez à le faire (je fais mon captain obvious là).

En fait, c’est par là qu’il faudra commencer avant de passer à l’apprentissage de la lecture rapide. Pour ce faire, rien de plus simple.

Il y a de nombreux sites qui se spécialisent dans le domaine comme mesexams.com par exemple.

Ou bien, vous pouvez utiliser la bonne vieille méthode à savoir utiliser une montre ou un chronomètre.

Avec les sites de calcul de vitesse de lecture, vous aurez généralement à cliquer sur un bouton du genre « démarrer ». Ensuite vous aurez à lire la totalité du texte fourni sur le site. À la fin, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur le bouton « stop ». 

Le site évaluera alors le nombre de mots que vous êtes capable de lire par minute. Mais pas si vite, ce n’est pas tout !

Être capable de lire rapidement c’est une chose ! Une très bonne chose même !

Mais pouvoir comprendre le texte et se souvenir des détails importants, ce sont des choses qu’il ne faut pas négliger également. Et bien évidemment, le site va également évaluer ces éléments.

Avec les évaluations du site, vous pourrez avoir un niveau de référence lorsque vous vous entrainerez à lire plus vite. Vous saurez alors si vous avez évolué ou non.

Et pour info, un lecteur lent se situe généralement entre 110 à 150 mots/minute, un lecteur moyen entre 200 à 250 mots/minute, un bon lecteur aux alentours de 400 mots/minute.

Enfin, le lecteur le plus rapide pourrait traiter aux alentours de 1000 mots/minutes, un chiffre que le neuroscientifique stanislas Dehahene nous invite à prendre avec des pincettes.

Si la productivité vous intéresse, je vous invite à lire mes 8 astuces pour vite améliorer son style d’écriture.

Auteur et fondateur du blog BuzznessInfo.com, près de 30 000 lecteurs lisent mes articles chaque mois pour apprendre comment créer et développer leur business dans un monde en constante disruption. Inscrivez-vous à ma formation Vendre avec productivité® pour accéder à des conseils uniques !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici