8 astuces pour vite améliorer son style d’écriture

Vous souhaitez améliorer votre style d’écriture? Même si formuler sa pensée par l’écrit ne semble pas toujours être évident, vous pourriez progresser plus vite que vous l’imaginiez en suivant ces quelques astuces de base:

  1. Utilisez un langage simple
  2. Evitez les redondances
  3. Privilégiez la voix active, les verbes et les exemples
  4. Développez votre expression orale
  5. Lisez autant que possible
  6. Facilitez votre travail avec les outils technologiques
  7. Collectez des avis 
  8. Dépassez les blocages et éditez avec persistence.

Que l’on soit un journaliste, un rédacteur web, un étudiant, ou simplement un actif en quête de développement professionnel, vous avez tout à gagner à développer vos compétences de communication écrite. 

Tout comme vous, je souhaitais découvrir comment développer mes capacités rédactionnelles…  Et le souci, c’est que j’ai longtemps pensé que c’était peine perdue sans une fibre littéraire.

Je m’étais trompé.

Voici 8 astuces à appliquer tout de suite pour améliorer votre style d’écriture et réussir à créer des contenus percutants. Avec en bonus en fin d’article, une astuce spéciale Rédac’.

1) Utiliser un langage simple et faire des phrases courtes

« Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément ». Ou simplement.

Que ce soit des verbes, des noms ou les adjectifs, les mots les plus simples restent souvent les meilleurs. Ils ont une signification plus claire que les mots complexes à conserver pour des usages spécifique.

Il n’existen’y a rien de pire qu’un mot complexe mal placé.

Aussi, ils permettent d’éviter de perdre le lecteur en cours de route.

Pour que votre style d’écriture soit plus percutant, veillez également à faire des phrases courtes. Lorsque vous dépassez 10 mots, prenez-le comme un signal qu’il est plus que temps de ponctuer.

Un peu d’empathie pour votre lecteur!

Il a besoin de reprendre son souffle… Et ce, même quand il lit dans sa tête.

NB: ça ne veut pas dire que toutes vos phrases doivent être courtes. Mais lorsque vous vous relisez, ne manquez pas les opportunités évidentes de raccourcir votre prose.

2) Evitez les redondances.

Que ce soit les mots ou les idées, arretez les redondances. On commet tous cette erreur classique de répéter encore et toujours les mêmes choses.

Parmis les redondances classiques: chassez les « est » « fait » « a » et enrichissez les avec des synonymes : « consiste » « dispose de » « possède » « détient »…

Votre lecteur a compris la première fois que vous en aviez parlé.

Une astuce pour améliorer son style d’écriture est de vous se poser la question suivante:

Est-ce que ce que je viens d’écrire enrichit réellement ce texte d’une nouvelle idée?

Si la réponse est non et que vous souhaitez éviter que votre lecteur baille à s’en décrocher la machoire, supprimez.

A la corbeille les : Une opportunité à saisir, un débutant qui manque d’expérience (merci pour le scoop)…

Pareil pour les adverbes de qualification: très, excellent, super… A utiliser avec parcimonie pour éviter de passer pour un quelqu’un de trop excité.

3) Place à la voix active, au verbe et aux exemples.

Exemple : La voix passive est lourde plutôt que la voix passive est caractérisée par la lourdeur.

En privilégiant la voix active, vous êtes tout de suite plus percutant. En plus, vous utilisez moins de mots pour dire la même chose.

Pour améliorer son style d’écriture, je vous invite également à préférer le verbe au nom.

Exemple : Je préfère utiliser la voix passive plutôt que je préfère l’utilisation de la voix passive

Aussi, lorsque vous n’êtes pas sûr de savoir comment transmettre votre message, utilisez des exemples. Ils étaient votre propos et le rendent plus digestible.

4) Développez votre expression orale

C’est bien connu, pour écrire des textes captivants, il faut de l’inspiration. 

Le problème, c’est que cela ne suffit pas.

En fait, pour améliorer son style d’écriture, il faut apprendre à mieux s’exprimer à l’oral.

Pourquoi me diriez-vous?

Vous en conviendrez… Lorsque l’on échange avec un interlocuteur, la finalité première est de faire passer un message intelligible et clair. Et bien, c’est pareil à l’écrit.

Pas de racourci possible, il vous faut également pratiquer l’art oratoire et discuter avec les autres.

Avant de mettre nos pensées noir sur blanc, nous réfléchissons à la façon avec laquelle elles s’imbriquent pour mieux les décortiquer. 

C’est pareil lorsque l’on s’exprime à l’oral. Et oui… en effet:

“Il y a une grande différence entre parler et converser”… Cela s’applique aussi à l’écrit. Gardez TOUJOURS votre lecteur en tête.

Le schéma de pensée d’une personne qui cherche à améliorer son style d’écriture est un processus conscient.

Encore faut-il s’en rendre compte soi-même.

Essayer donc d’accorder de l’attention à votre interlocuteur à l’oral(et à votre lecteur à l’écrit). Essayez de lui raconter une histoire qui marque.

Autre conseil, ne vous cantonnez pas à un “genre” de discussion en particulier. Elargissez votre horizon pour enrichir votre style d’écriture.

“ L’esprit qui ne converse pas, parle pour rien dire. ”

5) Lisez autant que possible

Certaines personnes, préfèrent les romans policiers ou de sciences fictions et d’autres, la poésie, etc…Comme le dit l’adage, “les goûts et les couleurs ne se discutent pas”.

Sauf, lorsqu’il s’agit de lire closer… Là, ça devient contre productif.

L’acte de lecture en soi, consiste à aller bien au-delà des simples mots qui défilent, pour s’approprier le texte dans une approche favorisant la connaissance de soi.

Un conseil : pour trouver votre style d’écriture, n’essayez pas de ressembler à quelqu’un.

Gardez votre identité et enrichissez-là au fil de vos lectures.

A chaque mots, vous nourrissez votre empreinte singulière.

Ne vous censurez pas et ne cherchez pas la perfection… car en effet, elle n’existe pas.

Comme un enfant qui apprend à nager, au départ il se débat pour survivre, puis finir par trouver son équilibre, l’écrivain trouve par une pratique régulière une facilité à faire naviguer sa plume avec plus de grâce.

“L’originalité consiste à essayer de faire comme tout le monde, sans y parvenir”

Si on prend un même livre, l’interprétation d’un lecteur à l’autre, ne sera pas la même, de part un certain nombre de paramètre, dont le choix de ses lectures.

En effet, chacun absorbe l’information à sa manière et développe un style qui lui est propre. 

6) Equipez-vous des bons outils de rédaction

Qu’on jette la pierre à celui qui dirait qu’aucune faute d’orthographe ne se glisse dans son texte même après relectures. 

Mes conseils sont bien beaux… mais parfois, un coup de pouce technologique ne fait pas de mal, n’est-ce pas?

Surtout pour apprendre de ses erreurs et de ne plus les reproduire.

Si vous communiquez avec des clients, certains de ses outils s’intègrent dans les boites emails et vous évitent d’envoyer de grosses bourdes dans vos mails de prospection.

Je ne vais pas vous lister un arsenal d’outils de rédaction et de correction, mais simplement vous en citer 4. 

  • Antidote : un outil existant en français et en anglais qui vous permet de décortiquer vos textes de A à Z. Vous pouvez le tester gratuitement pour une période de 30 jours. Je recommande vivement la version française qui est excellente et qui m’a personnellement permis de réellement progresser. Je n’ai pas encore testé la version anglaise mais les échos ne sont pas terribles.
  • Scribens : une simple faute de frappe ou d’inattention est vite repérée, grâce à ce programme. Il vous suffit de copier-coller le texte que vous souhaitez vérifier dans un espace dédié, et il se charge de pointer rapidement toutes les anomalies avec des couleurs selon leur type, qu’elle soit d’ordre grammatical, orthographique, ou de ponctuation.
  • Repetoscope : Notre cerveau nous joue des tours et nous finissons par utiliser les mêmes expressions plusieurs fois dans le même texte. Plus le texte est long, plus les répétitions de mots, d’expressions sont nombreuses. Améliorer votre style d’écriture passe aussi par un champ sémantique plus riche.
  • Grammarly : non seulement corrige vos erreurs, mais en plus vous suggère des améliorations à apporter grâce à un “profilage” à la fois de vos compétences linguistiques, de la tonalité utilisée et de l’audience sélectionnée. Cerise sur le gâteau : cette application vous challenge sur votre progression via des rapports (nombre d’erreurs commises, axes d’améliorations). Seul bémol, Gramarly n’existe pour l’instant qu’en anglais
  • Wordable : nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser WordPress. Dorénavant, grâce à ce logiciel, il est possible d’importer son texte rédigé sur googledoc dans WordPress sans craindre de perdre la mise en forme.

Ces outils sont utiles et facilite la vie d’un rédacteur même si il est un excellent écrivain.

7) Faites lire vos textes.

Vous venez de partager votre dernier contenu rédactionnel, et aucun de vos proches, ne semblent lui trouver un défaut. 

Est-ce vraiment si inattendu comme réaction?

Vous le savez au fond de vous même, la famille et les amis, très souvent, par peur de froisser, ne donnent pas, leurs avis objectifs sur la qualité des écrits d’un des leurs. 

En même temps, qui n’aime pas entendre des éloges à son sujet?

Osez davantage partager vos contenus avec des collègues sans affinités particulières. Choisissez les plus vaches et ouvrez votre esprit à la critique… C’est la meilleure manière de s’améliorer.

Vous pourrez ainsi apprendre à reformuler, éliminer les superflus ou au contraire étayer les passages flou pour un texte plus précis. 

De part nos préférences littéraires, qui diffèrent d’un individu à l’autre, nous pouvons être de ce fait, subjectifs. 

Rappelez-vous, pus votre travail est critiqué, meilleure sera votre marge de progression.

“L’objectivité n’est pas la neutralité”

8) Dépassez les blocages et éditez avec persistence.

Même un auteur de génie, peut vivre le fameux syndrome de la page blange.

Les causes peuvent être variées.

Que ce soit la crainte de ne pas être à la hauteur, le manque de maitrise d’un sujet ou un style d’écriture singulier.

Je vous rassure, ce genre d’appréhension d’ordre psychologique est tout à fait normal, même pour les professionnels. 

Pour y remédier, une bonne méthode consiste à imaginez son lecteur type. Qui est cette personne pour qui vous vous donnez tant de mal à écrire.

Inscrivez vos idées sur un plan et développez-les en sous titres. Parmi les questions qu’il faut se poser:

  • Quel message souhaitez-vous transmettre?
  • Qu’aimeriez-vous que le lecteur retienne?
  • De quoi a-t il besoin? Que recherche-t-il?
  • Quelles sont les idées préconçues?

Pour combattre les blocages face à l’écriture, il peut parfois simplement changer de lieu ou le moment où vous écrivez

“ C’est dans la tête que tout se passe.”

Astuce bonus de la rédac:

Relisez à HAUTE VOIX votre texte. Ne lisez plus dans votre tête. 

Vous serez ainsi en mesure de distinguer ce qui fonctionne de ce qui cloche dans votre texte.

En conclusion, comme toute compétence digne de ce nom, la rédaction requiert une pratique régulière de la passion (et encore une fois beaucoup de lecture) au quotidien.

Et vous, quels sont vos conseils pour mieux écrire?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici