Saviez-vous que le langage corporel et l’intonation de notre voix constituent à elles seules près de 90% des messages que l’on véhicule? Vous l’aurez compris. La communication non verbale est donc une composante clé du succès de vos interactions sociales… et par extension de votre réussite professionnelle.

Il faut en prendre conscience; comme l’on choisit ses mots, il faut choisir sa posture, ses expressions, ses regards, ses gestes afin de réussir à transmettre le bon message de la BONNE manière.

D’accord mais, 

  • Quels sont les différents types de communication non verbale?
  • Comment les maîtriser et les intégrer dans sa propre communication?
  • Et surtout, comment analyser/décoder la communication non verbale des autres?

Bien sûr, nous communiquons déjà tous de manière non verbale sans s’en rendre compte. Nous avons donc des habitudes bien ancrées et forcément certaines qu’il faudra désapprendre. 

Même si ça paraît complexe au début, ne vous inquiétez pas, après avoir lu ce guide et appliqué les quelques conseils que je vous donne, je suis convaincu que la communication non-verbale deviendra vite une seconde nature.

Qu’est-ce que la communication non verbale?

La communication non verbale constitue tout ce qui transmet un message et qui n’inclut pas les mots. Elle regroupe nos expressions faciales, le ton de notre voix, notre regard, notre posture, notre langage corporel notamment.

Quand vous êtes entretien d’embauche, en rendez-vous commercial, en réunion votre communication non verbale reflète l’essentiel de ce que retient votre interlocuteur.

Les mots ont bien sûr toute leur importance, néanmoins…

Une voix tremblante, démotivée s’entend, une posture molle se voit, un regard fuyant se remarque.

Le terme de communication non verbale a d’abord été introduit par le monde de la psychiatrie avant de se répandre plus largement au business, au théatre et et même à la séduction.

En réalité, ce type de communication existe depuis toujours et les personnes les plus charismastiques, en use et en abuse pour renforcer leur aura.

Comment améliorer sa communication non-verbale?

L’être humain juge par nature selon les apparences… Lorsque vous parlez, en quelques secondes, on va se faire une opinion sur votre humeur actuelle mais pas seulement…

Votre tempérament et votre compétences à gérer vos relations (personnelles ou professionnelles) en prendront aussi pour leur grade.

Pour améliorer, vous devez suivre ces différentes étapes:

1- Comprendre l’autre pour adapter sa gestuelle

Au début, c’est un peu étrange mais avec la pratique, comme tout, vous serez surpris des résultats.

Apprenez à « lire » l’autre pour savoir de quoi votre entretien à besoin. 

Pour y arriver, une bonne méthode consiste à essayer de remarquer les incongruences entre les mots et le langage corporel de votre interlocuteur.

Est-ce qu’il dit quelque chose et son corps, sa voix et sa manière de vous regarder reflète autre chose? 

Ici, l’écoute active est votre meilleure arme.

En général, on apprend à utiliser la communication non-verbale pour instaurer la confiance, avoir l’air plus détendu et à l’aise, plus agréable et approchable, mais parfois aussi plus ferme et sûr de soi afin de ne pas se faire “marcher sur les pieds”.

Pour cela, observez les gens autour de vous : si une aura de sérénité, de confiance et tout simplement de charisme émane de quelqu’un, que pouvez-vous noter au premier regard ?

À quoi ressemble son expression ? Comment cette personne se tient-elle, bouge-t-elle ? Comment se comporte-t-elle vis à vis de son environnement et des personnes qui l’entourent ?

Vous verrez vite que cette « aura » repose sur certains éléments très simples qu’il suffit de connaître et d’apprendre à mettre en application. 

Comme on dit, « fake it ‘till you make it » : adopter cette attitude et voir ces résultats pourra, à terme, vous permettre de vous sentir réellement plus en confiance et pas seulement de faire semblant ou de jouer un jeu.

N’hésitez pas à questionner les comportements non verbaux de votre interlocuteur, de lui demander de clarifier ce qu’il dit pour mieux le comprendre et savoir comment réagir.

2- Dépassez vos préjugés

Vous a-t-on déjà dit que vous aviez l’air intimidant ? Renfrogné ? Trop enthousiaste ou au contraire timide et en retrait ? Fermé et austère ? Ou encore, ouvert et chaleureux? 

Une fois que vous avez pris conscience de la manière dont vous êtes perçu, il s’agit de savoir quels comportements vous devez adopter pour mieux faire passer votre message.

Si vous avez déjà reçu ce genre de remarques, c’est une chance.

Vous êtes déjà conscient de l’impression que vous donnez aux autres et cela vous donne quelques pistes à suivre. 

Acceptez la critique, ne vous mettez pas sur la défensive. Utilisez votre énergie pour améliorer l’image que vous reflétez car votre réputation est en jeu. (Selon Robert Greene, celle-ci est fondamentale)

Je sais que certain d’entre vous peuvent se dire, pour une raison ou pour une autre, que ceci parait trop compliqué: détrompez-vous.

Peu importe qui vous êtes, même si vous n’avez aucune connaissance dans le domaine, même si vos habitudes sont solidement ancrées et avez peur que cela soit un frein, rien ne pourra vous arrêter avec la pratique

2- Faites votre auto-analyse

La méditation est également une alliée intéressante. 

Prendre conscience de chaque partie de votre corps, du moment présent et développer votre concentration vous permettra de moins laisser votre communication non-verbale être à la merci de votre inconscient.

Étudiez votre posture, votre manière de vous asseoir, de marcher, de tenir votre visage, de bouger vos mains, de vous déplacer, d’utiliser les objets…

Vous remarquerez rapidement des tas de détails dont vous n’auriez jamais soupçonné l’existence.

Faut-il vous montrer plus chaleureux pour mettre l’autre à l’aise ? Plus ferme pour lui signifier que vous tenez à votre position ? Au lieu de laisser votre inconscient choisir votre posture, adoptez celle qui vous paraît la plus propice et testez les réactions de votre prospect.

Vous pouvez aussi demander à vos proches leur opinion sur la manière dont ils vous perçoivent. 

Tout ceci vous mettra sur la piste de ce que votre communication non-verbale transmet comme message.

Les différents exemples-types de communication non verbale

Voyons plus en détail quelques-unes des manières dont nous communiquons et comment les mettre à profit dans nos relations professionnelles.

La posture et le maintien

Lorsque l’on voit une personne voûtée, même si cela peut être un mauvais mal de dos, on s’imagine qu’elle est accablée par le poids du monde et de ses soucis. 

Essayez donc de vous tenir droit pour renvoyer l’image d’une personne qui ne se laisse pas écraser, ni par la vie, ni par les autres. 

Les épaules rentrées peuvent passer pour un signe de « soumission » qu’une personne mal intentionnée s’empressera de mettre à profit. 

Attention cependant : droit ne veut pas dire rigide. Une posture trop rigide vous donnerait l’air froid et condescendant, l’idée n’étant pas de ressembler à un androïde prêt à tout écraser sur son passage.

On parle en général de posture ouverte ou fermée en fonction du niveau d’intérêt de votre interlocuteur. 

Les expressions de visages et la voix

Elles sont responsable d’une partie importante de notre communication non verbale. Un sourire, un haussement de sourcil, une machoire crispée… sont les premiers signaux que l’on remarque lorsque l’on vous regarde.

Selon Jordan Belfort, le vrai loup de wall street, le ton de votre voix est déterminant pour convaincre et améliorer sa communication non verbale.

Selon l’auteur, il existe de nombreux timbre de base que nous utilisons de manière inconsciente: la certitude, l’hésitation, la sincérité, l’urgence en font notamment partie.

Utilisée au bon moment lors de votre conversation, ces tons de voix peuvent vous aider à créer une relation de confiance avec votre interlocuteur.

La position assise

S’asseoir ou être assis à l’air en principe bien plus simple que se tenir debout. 

Et pourtant, il y a quelques détails à surveiller. 

Croiser les bras ou les jambes est un réflexe de protection qui vous fera sembler peu sûr de vous et fermé. De plus, un retrait du torse en arrière est un signe d’aversion:

Communication non verbale

De manière générale, si vous donnez l’impression d’essayer de mettre de la distance entre votre interlocuteur et vous-même, vous lui donnerez évidemment l’impression de le ou la déprécier fortement. 

Tenez-vous droit mais relaxez-vous, sans vous laisser aller que ce soit en arrière, sur le côté ou en avant. 

Encore une fois, pour vendre, votre posture doit traduire la détermination et la confiance.

Vous pouvez bien entendu croiser les jambes si les autres signaux compensent de manière un peu plus chaleureuse.

Le mouvement, les déplacements et l’auto-contact

Être « trop » statique est un signe négatif : être rigide et figé montre un manque de confiance en vous et vous rend ainsi vulnérable.

Même si vous n’êtes pas franchement à l’aise, essayez de vous détendre car le stress pourrait aussi vous rendre… trop agité. Cette attitude met peu en confiance.

En effet, le stress peut nous conduire à nous tordre les mains dans tous les sens, à nous dandiner d’un pied sur l’autre, à nous recoiffer ou nous gratter compulsivement, à nous passer la langue sur les lèvres ou à cligner des yeux de manière quasi constante…

Tous ces comportements sont difficiles à endiguer et ils demandent de faire un travail sur le stress en amont.

La préparation, la maitrise de votre sujet vous permettront d’aborder vos interaction sociales avec plus de sérénité et d’améliorer sa communication non verbale.

Le regard

Au-delà de l’idée de faire passer des émotions par le regard (qui peut demander de l’entraînement), le contact visuel est parfois délicat à maîtriser.

Trop long, il est gênant et crée un malaise.

Trop court, il laisse penser que vous manquez de confiance en vous ou d’intérêt pour la conversation.

Il s’agit donc de soutenir le regard de votre interlocuteur sans lui donner l’impression de le ou la défier ou encore d’essayer de flirter.

Ne paniquez pas si vous ne savez pas où poser le regard, il suffit de ne pas se focaliser sur un autre point du corps ou du visage de la personne avec laquelle vous parlez.

Les mains: position et mouvement

Les mains sont une partie importante de la communication non-verbale, et ce dès le début d’une rencontre : si le rituel de la poignée de main perdure, il est important de savoir qu’il est régi par quelques règles qui semblent hélas bien subjectives, mais qu’il est possible d’utiliser à son avantage.

Si vous avez déjà serré la main à plusieurs personnes, vous savez que certaines donnent l’impression de vouloir vous écraser les phalanges tandis que d’autres ont la main si molle qu’on croirait qu’elle se contente de pendre sans but au bout de leur bras.

Sachez donc que ni l’une, ni l’autre de ces poignées de main n’est « optimale ».

Une poignée de main ferme donne immédiatement une bonne impression mais elle ne doit pas être brutale : vous n’êtes pas dans une situation de rivalité.

Attention à l’utilisation de vos mains : ne les cachez pas et tentez de ne pas les agiter frénétiquement car elles sont un bon indicateur de stress et votre interlocuteur verra que vous n’êtes pas à l’aise en y jetant un simple coup d’œil.

Vous pouvez en revanche les intégrer à votre discours pour souligner vos paroles de quelques gestes simples et discrets (rien d’extravagant, donc) et vous donner l’air plus confiant : regarder des discours politiques ou des interviews peut être un bon exercice pour savoir quels mouvements de main renvoient un message positif.

Quel est le rôle de la communication non verbale?

Le rôle de la communication non verbale est de mieux faire comprendre le message transmis. Lorsqu’elle est en symbiose avec la communication verbale, elle permet de renforcer l’impact de ce que l’on exprime.

Améliorer sa communication non verbale permet ainsi de faire en sorte que la personne qui reçoit le message est soit plus à même de croire, d’agir et de répondre positivement à votre message

Bien sûr, il ne faut pas prendre la communication non-verbale comme un moyen fiable à 100 % de connaître les sentiments et pensées d’une personne, car de très nombreux facteurs entrent en jeu:

si une personne, au cours d’un rendez-vous, adopte une attitude fermée, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle ne peut pas vous voir en peinture.

Peut-être est-elle malade ou tout simplement préoccupée par des problèmes personnels.

Si un client a du mal à soutenir votre regard et semble préférer regarder n’importe où ailleurs ou fixer un objet tout en vous parlant, cela ne vous garantit pas que cette personne ment ou essaye de cacher quelque chose, elle est peut-être mal à l’aise pour une raison totalement indépendante de votre personne, autiste ou atteinte d’une autre neuroatypie rendant la communication « floue ».

Il faut donc savoir interpréter avec finesse et ne pas prendre les données renvoyées par la communication non-verbale pour argent comptant: tout comme vous ne gérez pas chaque partie de votre corps en tout temps, c’est la même chose pour tout le monde et, parfois, les signaux envoyés peuvent être trompeur.

Fort d'une expérience de près de 8 ans dans la vente en B2B dans 3 continents différents, je suis aujourd'hui manager commercial et coach professionnel formateur en stratégie commerciale. Abonnez-vous à la newsletter pour de la formation exclusive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici