Que vous soyez entrepreneur, manager ou simplement collaborateur en équipe, développer votre sens du leadership vous permettra de propulser votre efficacité à un tout autre niveau.

Le leadership se définit par la capacité à inspirer, motiver et conduire un groupe à agir pour la réalisation d’un objectif commun. 

D’accord, me direz-vous, tout ceci est absolument génial… Mais comment je fais, moi, pour développer mon sens du leadership?

Certains disent qu’on naît leader ou suiveur… 

Mais de nombreuses études semblent montrer que les compétences du leadership ne sont pas inscrites dans notre code génétique.

Le leadership serait donc une compétence qui se développe comme les autres… 

C’est en partant de cette bonne nouvelle que dans cet article, je décortique ce concept en présentant les 14 qualités fondamentales au leadership.

C’est parti.

1. L’intégrité, une affaire de cohérence

L’intégrité professionnelle ne  relève  pas d’un idéalisme naïf.

L’auteur américain Zig Ziglar disait « la meilleure arme de persuasion que tu possèdes est l’intégrité ».

Dans la situation de leadership, l’intégrité s’entend au sens de l’honnêteté avec laquelle vous agissez au quotidien : 

Une forme de lisibilité dans votre comportement.

Qualifier un chef d’intègre signifie qu’on ne peut pas lui reprocher d’agissements incohérents au regard de ses propos.

Et s’il est contraint d’agir à l’encontre de ses principes, il conserve une posture claire.

Pourquoi c’est une qualité importante pour manager avec leadership?

Au sein de l’entreprise, l’intégrité a une valeur d’exemplarité.

Les collaborateurs la recherchent, car ils adhèrent plus facilement à ce qu’ils comprennent.

Dans ce cas, les propos du dirigeant gagnent de la valeur et lui facilitent le management de son équipe.

Notes importantes sur l’intégrité et le leadership

L’absence d’intégrité peut mener votre entourage professionnel à la méfiance, à l’incompréhension, voire à la crainte vis-à-vis de vos réactions et de vos jugements.

Êtes-vous intègre ? Pour le savoir soumettez-vous régulièrement à la règle « faire ce qu’on dit et dire ce qu’on fait » ?

2. La conviction, à sa juste place

La conviction est la certitude profonde qui sommeille en vous lorsque vous élaborez votre stratégie.

C’est une qualité essentielle si vous souhaitez développer votre sens du leadership.

Certains pourraient dénoncer la conviction comme un état aveuglant. Et c’est vrai…

Elle peut le devenir si le leader s’y réfugie par crainte, incapable de jugement.

En milieu professionnel, sauf si vous choisissez d’opter pour l’usage d’une autorité abusive, cette conviction ne suffit pas. 

Son argumentation est nécessaire pour provoquer l’adhésion du groupe, car elle apporte la preuve d’un projet viable.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à consulter cette interview par cadremploi du séléctionneur de l’équipe de France Didier Deschamps qui donne son point de vue sur le sujet du leadership.

Pourquoi c’est une qualité importante pour manager avec leadership? 

Proust disait « Sacrifier la conviction à la situation, ce n’est pas trahir, c’est simplement vieillir ».


Un leader privilégie toujours un usage constructif de ces convictions (et non despotique.)

Un leader convaincu est un leader à suivre. 

Cette conviction peut aussi être obtenue de manière collégiale, sous la forme d’un brainstorming.

Notes importantes sur la conviction et le leadership :

Veillez à ne pas transformer tous vos postulats en convictions.

Votre conviction emportera d’autant plus la reconnaissance si elle est co-construite. 

Même si vous êtes un grand penseur, l’apport de vos collaborateurs, qui évoluent potentiellement dans d’autres services, est essentiel.

La conviction, à l’instar de l’ambition, est une force motrice qui produit une synergie sur le groupe.

3. La clairvoyance, pour saisir les enjeux

La clairvoyance décrit la disposition à percevoir avec lucidité les faits, les personnes ou les situations présentes et à venir.

Comment gagner en clairvoyance ? 

Enlevez, vos oeillères, ne vous bornez pas, par exemple, à ignorer les faiblesses de votre organisation. 

Un projet qui méconnaît vos défaillances n’aboutira pas. 

L’ensemble des services qui composent votre entreprise concourent directement ou indirectement à son succès. 

Cette intuition se développe avec l’expérience, la lecture régulière et l’étude et l’analyse stratégique de son business

L’écoute active de ses clients, collaborateurs et autres parties prenantes de l’entreprise.

Pourquoi la clairvoyance est utile pour diriger avec leadership?

Le quotidien est rythmé par des interactions entre les besoins internes (fonctionnement),  externes (clients) et les ressources  (humaines, techniques, digitales, financières…). 

L’aptitude du manager à percevoir clairement ce contexte et à en mesurer les priorités, l’autorise à construire une vision d’entreprise inspirante au service des objectifs.

Notes sur la clairvoyance et le leadership

La matrice Heisenhower est un outil de référence de l’entrepreneur et du leader clairvoyant :

eiseinhower leadership
Source : coopération-concept

Elle permet de réaliser des actions à fort impact qui permettent d’exécuter avec efficacité le business plan de l’entreprise.

4. L’humilité, une capacité d’écoute

L’humilité est une forme de conscience de vos limites qui vous pousse à vous conduire modestement.

C’est dans tous les cas une posture réaliste.

Affublé de nombreuses casquettes, le leader doit simultanément fédérer, rallier, inspirer, encourager, motiver, transmettre et mener positivement son équipe, son projet ou son organisation vers l’accomplissement le plus total.

Lourde mission, vous en conviendrez….

Même si vous disposez d’un parcours exceptionnel qui vous a placé en position de leadership, vous n’êtes pas omniscient. 

Ne serait-ce d’ailleurs pas ennuyeux de ne plus rien apprendre des autres ?

Pourquoi l’humilité est utile pour diriger avec leadership ?

En entreprise, le manque d’humilité vous fait paraître au mieux arrogant, au pire ridicule, et dans tous les cas, peu aptes au travail collaboratif.

Votre position de leader ne traduit pas votre supériorité intellectuelle, mais vous place dans la hiérarchie. 

Notes sur l’humilité et le leadership

Un conseil, rangez votre égo au placard. Tombez le masque de la fausse assurance, ce lourd fardeau qui vous prive d’échanges enrichissants. Vous découvrirez tout le potentiel de vos collaborateurs.

5. La créativité, magie du cerveau

La créativité est le fruit de la construction imaginaire de votre cerveau pour produire un concept ou un objet. 

« La créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse » selon Albert Einstein.

La question n’est pas comment devenir créatif, mais plutôt comment laisser notre créativité refaire surface. Et accepter son format singulier même s’il est difficile à intégrer dans les processus d’entreprise souvent réduits à des tableaux de bord binaires.

Pourquoi la créativité est une qualité utile pour manager avec leadership ?

Concrètement, accueillir la créativité dans son groupe, c’est cesser la culture rassurante du copier-coller et, forcément, accepter de se tromper, en toute humilité bien sûr.

De ce brouillon intellectuel apparaîtront de nouveaux concepts ou des ébauches de solutions innovantes pour vous démarquer de la concurrence.

Notes sur la créativité et le leadership

La créativité a longtemps été considérée comme désordonnée avant d’être portée aux nues par les géants de la Tech.

Google stimule la créativité de ses employés pour en faire des « Intrapreneurs ».

Le constat est clair, même si la rigueur qualitative est un levier de développement, elle n’égale pas l’impact de la créativité sur les grands succès entrepreneuriaux : Apple, Uber, Amazon, Facebook…

6. La concentration, une denrée rare 

Appliquée au monde de l’entreprise elle se définit comme une capacité à effectuer un focus sur un élément important pour solutionner une problématique interne ou externe.

La vie en entreprise ne favorise pas votre concentration. Vous enchaînez les réunions tout en traitant vos  mails.

Des études montrent que la rotation accélérée des infos en ligne induit un comportement intellectuel volatile.  

Au final, vous gérez une succession d’urgences qui prennent le pas sur votre agenda. Les sujets déterminants devront attendre le soir.

Pourquoi la concentration est une qualité utile pour diriger avec leadership ?

La qualité de vos décisions sont le fruit de votre clairvoyance, mais aussi de la concentration que vous investissez sur vos dossiers.

Vous gérez des projets aux ressources multiples. A un moment vous devez produire une feuille de route réfléchie.

Notes sur la concentration et le leadership

Protégez des plages horaires pour l’analyse stratégique de votre entreprise, qu’ils soient récurrents ou ponctuels comme la survenance d’un conflit interne. 

7. Le pragmatisme, gage d’efficacité

Voilà un mot qui fait rêver, l’art de privilégier ce qui fonctionne réellement et s’avère efficace.

Le 100 % pragmatisme n’est pas possible.

Vous voulez proposer un SAV en 5 h au lieu de 24 h, une folie. Vous risquez de perdre votre crédibilité et de stresser votre équipe.

On ne vous blâme pas, nos dirigeants font de même.

En 2005, la loi handicap impose une mise en accessibilité des bâtiments publics, contraintes techniques et manque de moyens viendront perturber le calendrier.

En 2008, un décret fixe à 20 % la part de bio dans les repas de cantine, la filière et les budgets ne suivent pas.

Pourquoi le pragmatisme  est-elle une qualité utile pour diriger avec leadership ?

En tant que leader, vous devez positionner cette tendance en bonne place dans vos processus de décision

Révisez vos procédures internes, supprimez les étapes à faible valeur ajoutée et gagnez en efficacité. 

Notes sur le pragmatisme et le leadership

Le pragmatisme a aussi des limites. Être utile n’est pas le seul critère. 

Certaines « inutilités » ont leur importance dans la vie de bureau : serrer des mains, échanger quelques mots  avec vos personnels…

8. La résilience, un rebond salvateur

La résilience définit votre capacité à réagir positivement à une déstabilisation psychologique, physique ou économique.

La résilience, à l’instar de l’agilité, est une grande tendance face aux grèves et autres crises

Elle est fortement liée à votre perception de l’échec. Ne dramatisez pas.  Acceptez ce constat d’échec et faites-en le point de départ de votre résilience.

Nelson Mandela s’exprimait ainsi « Je ne perds jamais, soit je gagne soit j’apprends ».

En tant que manager, votre forme de résilience va s’imposer à votre équipe. 

Pourquoi la résilience est-elle une qualité utile pour diriger avec leadership ?

Vous n’avez pas la maîtrise de tous les évènements qui surviennent en entreprise. 

Quand vous êtes dans une phase négative, la résilience c’est la porte au bout du tunnel.

Il est vital que votre équipe ait conscience de cette opportunité pour mieux affronter la prochaine vague.

Notes sur la résilience  et le leadership

En groupe, la résilience va prendre une forme acceptable conjointement.

La première phase consiste à stabiliser la situation et les émotions, la deuxième est une phase de reconquête.

La résilience est un mécanisme qui se rode avec le temps. Votre faculté de rebond va s’améliorer. Un soft skill à inscrire sur votre CV.

9. La confiance, à partager

On ne la présente plus, tournée vers soi-même ou vers les autres, elle est la première pierre d’un travail collaboratif.

Pour vous, leader, difficile de savoir quelle dose de confiance transférer à vos collaborateurs. 

Compétences, organisations, risques, ces critères vont impacter votre choix.

Vous avez peut-être été nommé par légitimité académique. Les compétences managériales vous sont étrangères. 

L’inconfort de la situation risque de vous pousser à l’hyper contrôle. 

Pourquoi la confiance est-elle une qualité utile pour diriger avec leadership ?

Et pourtant, vous n’êtes qu’un. Vous ne ferez pas le travail de 10.

Vous devez analyser les forces et aspirations de chacun et distribuer la charge. Les compétences recrutées doivent produire leurs effets.

Notes sur la, confiance et le leadership

Des salariés dessaisis de leur libre arbitre sont frustrés.

Ils risquent de regarder chez le voisin, en quête d’un espace de valorisation individuel où leur savoir-faire pourrait s’exprimer. 

Le leadership est une prise de risque, transférer ses responsabilités en fait partie.

10. La diplomatie, un art social 

La diplomatie décrit votre aptitude à percevoir clairement votre environnement pour engager un échange adapté au contexte et aux personnes.

Il ne faut pas la confondre avec la réserve et la politesse qui sont de pure forme.

Elle va gérer la diffusion d’un message professionnel en mode personnalisé à votre interlocuteur.

Pourquoi la diplomatie est-elle une qualité utile pour manager avec leadership ?

Elle facilite grandement la communication au sein de l’entreprise. Elle assure une durée d’échanges constructifs sans conflit.

Le meilleur conseil est de maintenir vos échanges sous une approche professionnelle

Par exemple, vous êtes amenés à traiter la plainte d’un client suite à une erreur interne. Votre objectif sera alors de convier votre staff pour poser le problème et trouver une réponse.

« Le client s’est plaint de ne pas avoir reçu le bon échantillon. Je vous propose de réfléchir ensemble à une amélioration de la procédure de traitement des commandes ».

Notes sur la diplomatie et le leadership

L’erreur ne peut être ignorée, mais à une fonction de levier d’amélioration, c’est sous cet angle diplomatique que vous puissiez capter l’auditoire. 

Des erreurs récurrentes peuvent aussi être le signe d’une démotivation individuelle. La diplomatie se déplacera alors sur le terrain des ressources humaines.

11. L’empathie, compatissante

« L’empathie c’est voir avec les yeux d’un autre, écouter avec les oreilles d’un autre, et ressentir avec le cœur d’un autre » – Alfred Adler, psychothérapeute autrichien et fondateur de la psychologie individuelle.

Il vous arrive de partager la peine ou la difficulté d’un collaborateur. Cette proximité relève de la communication, vous essayez de capter son mécanisme pour le comprendre.

Pourquoi l’empathie est-elle une qualité utile pour diriger avec leadership ?

Comprendre un employé c’est augmenter la qualité des interactions au profit d’un fonctionnement efficace.

Comme pour le discours diplomatique, veiller à caractériser professionnellement ces situations qui génèrent de l’empathie. 

Bref, user de l’empathie à bon escient !

Notes sur l’empathie  et le leadership

A contrario, l’absence d’empathie totale peut laisser une sensation de vide relationnel qui n’est pas compatible avec vos fonctions de manager même si on ne vous demande pas de pleurer à l’unisson.

Vos responsabilités se limitent au stress de source professionnel, mais le Code du travail vous impose de signaler des situations de danger.

12. L’autorité, pas si méchante

« La clé d’un leadership à succès n’est pas l’influence, mais l’autorité » selon Kenneth Blanchard, auteur américain sur des questions de management et de leadership.

Un peu oubliée des concepts managériaux, remplacée par le management ludique, l’incentive management, le management par appartenance (tribu)…, l’autorité peine à reprendre sa place.

Si vos collaborateurs évoquent le flou des missions, les objectifs inconnus, un organigramme incompris ou votre indisponibilité, il est temps de redresser la barre et de tenir votre rôle de capitaine.

Pourquoi l’autorité est-elle une qualité utile pour diriger avec leadership ?

Votre autorité est un maillon essentiel du pilotage. Elle peut vous être confiée :

  • Soit à l’occasion d’une mission, pour sa durée, on parle d’autorité fonctionnelle
  • soit par votre position dans l’organigramme, on parle alors d’autorité hiérarchique

L’autorité est un support d’organisation essentiel, elle vous donne la faculté d’articuler les personnes et les missions en fonction des profils pour satisfaire une politique de développement.

Notes sur l’autorité et le leadership

L’autorité est néfaste lorsqu’elle devient abusive sans fondement parce qu’elle caractérise le harcèlement

13. Le charisme, qualité or

Le charisme décrit la faculté d’une personne à exercer son influence sur les autres et à susciter une certaine attraction en retour.

Elle est assez difficile à caractériser, mais elle peut se manifester par une voix, une posture, une stature, un talent oratoire ou même une présence. 

Il s’agit d’une forme de communication à visée d’influence, voire de manipulation.

Vous êtes charismatique, sans doute rassemblez-vous plusieurs qualités de ce guide du leadership : l’intégrité rassurante, une clairvoyance sur votre  environnement, une diplomatie au service de votre influence et une autorité naturelle qui  sert vos fonctions

Pourquoi le charisme est-il une qualité utile pour diriger avec leadership ?

Le charisme est un aspect puissant du leadership et un levier de promotion important.

« Le charisme est cet intangible qui fait que les gens vous suivent, veulent être avec vous et sont influencés par vous » de Roger Dawson, chef d’orchestre.

Notes sur le charisme  et le leadership

Il n’y a pas vraiment de recette pour devenir charismatique, sans doute une  maîtrise associée à un savoir, sans quoi vous seriez qualifié de prétentieux.

14. L’enthousiasme, synergique

La fameuse expression « partager son enthousiasme » traduit les vertus relationnelles de cette qualité.

Les collaborateurs apprécient une personnalité enthousiaste parce qu’elle renvoie une image positive de l’environnement professionnel. C’est d’autant plus vrai qu’il s’agit de leur supérieur hiérarchique.

Pourquoi l’enthousiasme est-il utile pour développer son sens du leadership ?

L’enthousiasme est un formidable outil fédérateur, un engouement qui draine les foules, à mi-chemin entre le volontarisme et la joie.

Votre enthousiasme a aussi un effet sécurisant sur l’équipe qui peut y voir le signe de perspectives favorables.

Henry Ford, industriel américain fondateur de la marque éponyme citait cette phrase : « L’enthousiasme est à la base de tout progrès ».

Notes sur l’enthousiasme et le leadership

Comme toutes les qualités altruistes, votre enthousiasme doit rester mesuré

Par contre, même dans les périodes plus difficiles, un minimum syndical est requis.

Le leader solitaire est tenté de partager ses difficultés, mais votre intérêt est de garder des collaborateurs motivés et mobilisables

Je vous rassure,  le leader parfait est un mythe et  le leadership reste un exercice difficile. 

C’est une posture à adopter.

Être capable de rigueur dans la réalisation des objectifs et de souplesse dans la gestion des personnalités, pour leur offrir l’opportunité de produire efficacement tout en s’épanouissant.  

C’est une route sinueuse dont vous êtes l’éclaireur, une responsabilité à la hauteur de la satisfaction qu’elle peut vous apporter.

D’autres qualités de leadership que je n’aurais pas cité? N’hésitez pas à les indiquer en commentaire.

Fort d'une expérience de près de 8 ans dans la vente en B2B dans 3 continents différents, je suis aujourd'hui manager commercial et coach professionnel formateur en stratégie commerciale. Abonnez-vous à la newsletter pour de la formation exclusive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici